Abolir le crédit d’impôt sur le gain en capital

Les gains en capitaux sont les profits obtenus par la vente d’actions, d’obligations ou de propriétés. Il s’agit en fait d’une source de revenus pour les particuliers et les entreprises différente du salaire.

 

Les gains en capitaux sont peu imposés. C’est un problème majeur, surtout parce que leurs propriétaires sont souvent des personnes fortunées, comme des patrons d’entreprises, des membres d’une société privée ou des détenteurs ou détentrices de portefeuilles d’actions.

 

En 2009, 57% des gains sur le capital ont été obtenus par 1,5% de la population québécoise dont les revenus dépassaient 150 000$. À la lumière de ce simple fait, il semble tout à fait juste et équitable que leurs revenus soient suffisamment imposés afin qu’ils et elles participent adéquatement au financement des services publics.

 

Malheureusement, il existe une double norme au Québec. Alors que le revenu obtenu par le travail rémunéré est intégralement imposé, il existe de nombreux crédits d’impôts qui permettent aux particuliers et aux entreprises de rendre non-imposables la moitié des profits obtenus sur le capital.

 

Des sommes importantes restent donc aux mains des propriétaires de capitaux, et ce, avec la complicité du gouvernement qui met en place ces régimes fiscaux injustes. Cela, en plus d’engendrer un sous-financement des services publics, montre que le gouvernement permet légalement aux plus riches de se désolidariser de la société.

 

Pour en savoir plus, consultez nos recherches.